Dans le flot d’images plus ou moins catastrophiques que l’actualité déverse à jet continu sur un monde saturé d’informations, en sélectionner quelques-unes sur internet, les modifier pour réveiller leur intensité dramatique et les fixer sur la toile. Le tsunami dans l’Océan indien, la guerre en Syrie, les attentats de Paris… Les photos pleuvent, tournent en boucle, on ne voit plus rien. Comme un antidote à la banalisation, cette série de photos peintes invite le regard à se poser. 

La réalité augmentée permet dans un deuxième temps de réanimer la scène grâce à une application pour smartphones et tablettes.

texte: Joëlle Fabre (24heures)